• Mon individualisme, Soseki

     

    Mon individualisme, Soseki

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Mon individualisme

     

    Auteur: Soseki

    éditeur: Rivages poche

    collection: petite bibliothèque

     

    C'est en écrivant ces quelques lignes que je me rends compte que le texte dont je vais vous parler a pratiquement (à quelques mois près) 100 ans. Soseki fut un écrivain Japonais ayant vécu entre la fin du 19eme et le début du 20eme siècle et la conférence retranscrite dans les pages de « mon individualisme » date de novembre 1914.

    Pour autant vieux d'un siècle, ses mots restent, à mon grand étonnement, d'une actualité étonnante et je crois ne pas me tromper, d'une certaine valeur intemporelle.

     

     

     

     Lors de cette conférence donnée à des étudiants, Soseki évoque en peu de mots sa vision du Japon moderne et définit ce qu'il appelle son individualisme, sorte de fonctionnement moral et quasi philosophique qui guida sa vie et sa carrière.

     Ce qui reste frappant dans ces lignes est le fait qu'en peu de temps et de mots, il réussit à définir clairement sa façon de penser tout en étayant de façon simple et exemplaire son point de vue par des exemples clairs et très porteurs de sens. Il y fait une critique du monde moderne et pose les bases d'un modèle de fonctionnement qu'il serait bon d'approfondir aujourd'hui, un siècle plus tard, afin de trouver des solutions au désastre du monde qui nous est contemporain.

     

    En quelques mots, et avec la maladresse et la nonchalance qui me caractérisent, je vais essayer de vous retranscrire ce que j'ai cru saisir de ce texte.

     Perçu comme un individualiste et revendiquant cet état, Soseki n'est pas pour autant un égoïste ou un égocentriste avide d'argent et de pouvoir. La définition qu'il fait de son individualisme relève beaucoup plus de la recherche de soi et du bonheur, de la quête d'un sens à sa vie, dans le respect de soi et de l'autre, tout autant que dans celui de l'Etat.

     Il prône l'obligation pour chacun de trouver sa voie, de chercher sans abandonner le but et l'objet de notre vie qui fera que chacun d'entre nous atteindra ce « havre » où il pourra se dire : « c'est ici que je dois être, c'est pour cela que je suis fait ».

     

     En posant ces jalons, il démonte tour à tour les notions de raison de l'Etat, de valeurs nationalistes, tout autant que celles de l'argent ou du pouvoir individuel qui sont, selon ses propres mots « des instruments, des outils, très dangereux » qui peuvent servir à atteindre son but.

     Par cette courte conférence, Soseki trace les marques d'un modèle de vie personnelle, mais aussi d'un modèle politique et philosophique d'une force et d'une logique limpides et frappantes.

     Visionnaire, il critique avec raison (et sans le savoir) les 2 grands maux politiques qui marqueront malheureusement à jamais le monde du 20eme siècle, le communisme et le capitalisme, avant même que ces idées n'éclosent de l'esprit des hommes.

     

    En cela, je crois sincèrement que cette conférence est un texte qu'il faut avoir lu si l'on s'intéresse à notre société et à ses dérives.

     Pour autant, la superficialité de son approche (de par la faible longueur de l'écrit) laisse quelques points sombres qu'il ne faut pas ignorer. Notamment, Soseki table sur la morale individuelle des hommes, pensant que si chacun réfléchit à son individualisme et à sa morale il saura trouver le moyen d'agir en accord avec lui-même tout autant qu'avec le droit et la liberté de tous. Thèse ô combien belle mais passablement idéaliste si l'on en croit tous les exemples contradictoires que nous apportent l'Histoire en général et nos vies propres en particulier.

     

    Au final, il faut prendre ce texte pour ce qu'il est au départ, c'est à dire une conférence visant à ouvrir les yeux de jeunes étudiants plutôt aisés sur la voie de leur destin ; mais aussi comme un texte précurseur d'un mode de vie et d'un mode de fonctionnement étatique et mondial qui reste à bâtir.

     

    N'étant qu'un piètre intellectuel aux pauvres références culturelles ou philosophiques, je ne saurai dire si d'autres se sont lancés sur cette voie et ont donné suite à de telles idées, mais je crois véritablement qu'il serait grand temps que cela soit fait et que chacun mette en place son individualisme sur les bases de celui de Soseki.

     

    « Spleen des maths...Un requin jaune heureux pendant 100 jours de suite... »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :